Projet de thèse

fond

Représentations du roman pour adolescents aujourd’hui (France, Etats-Unis) : de l’édition à la réception.

Dans son article sur le roman pour adolescents[1], la chercheuse Marie-Hélène Inglin-Routisseau distingue les différentes étapes de son développement : apparu en 1945 aux États-Unis, en même temps qu’était reconnu sociologiquement « l’adolescent », il se constitua en France en tant que champ éditorial autonome dans les années 1960 et se consolida dans les années 1980, grâce à l’apparition de collections phares (notamment aux éditions Syros et à l’École des loisirs). Depuis le milieu des années 1990 jusqu’à nos jours, les thématiques et les genres littéraires au travers desquels la littérature pour adolescent se développe, évoluent et se multiplient.Les traductions de succès cross-médiatiques anglophones marquent la tendance de ce début de siècle : depuis Harry Potter[2] (26 millions d’exemplaires vendus en France), jusqu’à récemment Nos étoiles contraires[3] (600.000 exemplaires). Ces phénomènes littéraires, devenus phénomènes sociologiques, témoignent du changement de perception du lectorat adolescent, de ses rapports à la littérature, de ce qu’il y cherche et de ce qu’il devrait, selon les maisons d’édition, y trouver.

Ma recherche s’inscrit dans le champ littéraire et le champ sociologique, étroitement liés sur un tel sujet. En étudiant dans un premier temps l’évolution de la littérature pour adolescents telle que les éditeurs américains et français la conçoivent, je pourrai mesurer l’influence des choix éditoriaux américains sur la production française, et révéler les représentations qu’elles reflètent de l’adolescence et de la littérature. Je confronterai ensuite les présupposés des professionnels du livre avec les pratiques réelles des jeunes lecteurs, par le biais d’une enquête sociologique, déconstruisant peut-être par ce biais des discours bâtis sur une représentation parfois éloignée des adolescents.

La confrontation des lectures supposées et lectures réelles des adolescents se nourrit de l’intérêt des chercheurs et des professionnels du livre pour une question d’actualité : « Pourquoi les adolescents liraient-ils encore aujourd’hui ? [4] ». Plusieurs enquêtes témoignent d’une désaffection des jeunes pour la lecture littéraire, ainsi que d’une évolution sans précédent des pratiques culturelles à l’aune des progrès numériques[5]. Les meilleures ventes de romans pour adolescents annoncées dans la revue Livres Hebdo sont majoritairement des traductions anglo-saxonnes ; mesurer l’évolution des conceptions au regard des pratiques des éditeurs américains me permet d’être au cœur des tendances actuelles. Confrontant cette étude avec les choix des lecteurs réels pose la question suivante : « Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les présupposés des professionnels du livre sur la littérature pour adolescents et les pratiques réelles de ces derniers ? »

Élaboration du projet de recherche

Dans le cadre de ce projet de recherche, ma candidature en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (département Littérature et Art) a été retenue[6] ; ce statut permet notamment de bénéficier du soutien logistique du Centre national du livre pour la jeunesse (CNLJ). L’institution collabore avec l’IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions) et donne accès à de nombreuses productions françaises et étrangères, facilitant une démarche d’analyse comparée.

Ce travail a été dans un premier temps motivé par une volonté personnelle : celle de construire des outils théoriques permettant de réfléchir à certains obstacles rencontrés dans le cadre de pratiques professionnelles. Ce projet de thèse s’inscrit dans la continuité d’une réflexion engagée lors de la rédaction du mémoire de Master, intitulé « Lectures supposées/lectures réelles des adolescents ». Une enquête quantitative avait révélé un écart entre les choix de professionnels du livre en milieux scolaires et ceux d’adolescents sur une même sélection ; l’analyse des jeux de tension narrative[7] dominant chacun des corpus, montrait ensuite que les adultes n’avaient pas été sensibles aux mêmes effets narratifs. Consciente des limites de cette démarche dans le cadre d’un Master, j’ai désormais pour volonté de poursuivre ces recherches en doctorat, en comparant l’évolution de la production et des conceptions de la littérature pour adolescents reflétées dans des sphères culturelles différentes et sur un temps plus long, puis en les confrontant aux lecteurs réels.

[1] Marie-Hélène Inglin Routisseau, « Roman pour adolescents », in Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot (éd.), Dictionnaire du livre de jeunesse, Paris, Cercle de la librairie, 2013, p. 831-834.

[2] Joanne K. Rowling, Harry Potter, Londres, Bloomsbury Publishing, 1997-2007 ; Harry Potter, trad. Jean-François Ménard, Paris, Gallimard, 1998-2007.

[3] John Green, The Fault in Our Stars, New-York, Dutton Books, 2012 ; Nos étoiles contraires, trad. Catherine Gibert, Paris, Nathan, 2013.

[4] En référence à l’intitulé du colloque de l’association Lecture Jeunesse qui eut lieu le 19 novembre 2015. Informations disponibles sur internet : Lecture Jeunesse. Site de l’association Lecture Jeunesse, [En ligne]. http://www.lecturejeunesse.org (Page consultée le 18 août 2015).

[5] Voir notamment les travaux de Sylvie Octobre :

Sylvie Octobre, Deux pouces et des neurones, Paris, La Documentation française, 2014, « Questions de culture ».

Sylvie Octobre, Catherine Détrez, Pierre Mercklé, Nathalie Berthomier, L’enfance des loisirs, Paris, La Documentation française, 2010, « Questions de culture ».

[6] La liste des lauréats est disponible sur le site de la Bibliothèque nationale de France (BnF) : Lauréats de l’Appel à chercheurs depuis 2003. Site de la BnF, [En ligne]. goo.gl/7GtUzU (Page consultée le 16 septembre 2015)

[7] Raphaël Baroni, La tension narrative. suspense, curiosité et surprise, Paris, Seuil, 2007, « Poétique ».